Home

Les critiques de Silence Action

Commentaires

(A propos de L1, le 03/02/2020)
Au Labo 1 il y a des hauts et des bas, matière à débats. Conquis par les chiffres et diagrammes musicaux de "Average happiness", le flow engagé de "Rise" et le répugnant et hardcore "Tomorrow I will dirt".

(A propos de I1, le 02/02/2020)
Le programme I1 joue dans la cour de l'excellence. Des films sublimes avec une énorme claque, le film d'animation "Girl in the hallway" de Valerie Barnhart. Une narration enragée, un style noir et vivace, une histoire poignante. A ne pas manquer.

(A propos de L5, le 08/02/2020)
Labo 5 travaille les sens avec des films hallucinogènes. Renversé par la plongée extatique dans la marrée humaine d'un festival avec "Cultes", et "Mustererkenntnis" est comme une drogue oculaire d'une radicalité géniale. Dommage que "Méridian" occulte son sujet.

(A propos de I6, le 06/02/2020)
I6 aligne principalement des histoires de femmes touchantes, drôles et parfois révoltantes. "End-O" aborde l'endemetriose de façon audacieuse et percutante tandis que "16 décembre" prend aux tripes avec son sujet et sa mise en scène. Un programme très bien composé.

(A propos de F10, le 04/02/2020)
Très diversifié par ses thématiques, F10 constitue un programme très réussi. Une œuvre délicate en héritage de Bruno Dumont avec "Champ de Bosses", une comédie d'une efficacité incroyable avec "À l'ouest" et un portrait de gardien de parking hypnotique avec "Blaké". "Fin de saison" est extrêmement drôle aussi.

(A propos de F2, le 01/02/2020)
Des films très formatés dans leur genre en F2 : des œuvres appliquées mais auxquelles il manque un souffle de vie. Le plus beau et hors du lot : le conte fantastique "Têtard".

(A propos de C+ 1, le 05/02/2020)
Rien à sauver entre "Monsieur", "Belle étoile" et "BBQ", des univers artificiels centrés sur des personnages stéréotypés, et surtout une anémie musicale foudroyante, alimentée à l'auto-tune.

(A propos de F12, le 04/02/2020)
Le programme F12 explore l'immigration clandestine et le rapport au logement dans des œuvres réfléchies. Très intéressant, notamment avec "La maison" où brille un touchant et drôle Jackie Berroyer

(A propos de I7, le 03/02/2020)
En I7 on aimerait avoir plus de temps entre chaque film pour les laisser s'ancrer dans l'esprit, les penser.

(A propos de I1, le 02/02/2020)
Le programme I1 joue dans la cour de l'excellence. Des films sublimes avec une énorme claque, le film d'animation "Girl in the hallway" de Valerie Barnhart. Une narration enragée, un style noir et vivace, une histoire poignante. A ne pas manquer.

(A propos de F6, le 02/02/2020)
Une vraie galerie d'OVNI en F6, très hétéroclite. Ma préférence se porte sur le nouveau Noé Debré, "Une fille moderne", entre deux mondes pour un enterrement de vie de garçon. Un récit savamment construit. Et le plus chelou et perturbant : "Premier amour".

(A propos de F1, le 01/02/2020)
Pas hyper convaincu par le programme F1, même s'il y a de la proposition formelle, hormis pour le décevant "L'âge tendre". "Shanzaï Screens" saisit qqch et "Jusqu'à l'os" joue sur de belles déambulations, avec un petit tacle pour Macron.

(A propos de AGR2, le 01/02/2020)
Excellent programme offrant un regard multiculturel sur l'élevage, la vigne, les arbres, nos terres. En fiction comme en docu, on est "dans le vrai".


Coups de cœur

(A propos de F12, le 04/02/2020)
"La Maison", drôle, touchant, humain.

(A propos de I7, le 03/02/2020)
Peut-être que je retiens en premier "Quebramar", beau documentaire brésilien sur ces lesbiennes qui s'affirment, luttent, chantent

(A propos de I6, le 06/02/2020)
"End-O" pour son humour sur un sujet grave, sa capacité à informer et interpeller.

(A propos de F8, le 08/02/2020)
"Amour(s)" pour sa tendresse, sa jeunesse, ce regard à la fois documentaire et mis en scène sur les histoires qui font le bonheur et les maux du cœur.

(A propos de F10, le 04/02/2020)
Difficile de départager deux films comme "À l'ouest", ultra efficace, drôle et touchant, et la noirceur hypnotique de "Blaké", ce portrait halluciné d'un gardien de parking.

(A propos de I1, le 02/02/2020)
Girl on the hallway : inspiré et bouleversant

(A propos de F9, le 07/02/2020)
En F9 il y a un documentaire très troublant, par ses échanges entre un robot (Nao) et des personnes du 3eme âge, et/ou atteint de troubles mentaux : "L'année du robot" d'Yves Gellie. Ça soulève autant de questions sur le fond que la forme : c'est ça qu'on aime.

(A propos de L5, le 08/02/2020)
"Cultes" pour sa proposition formelle évolutive, ce regard ambivalent sur le monde de la musique.

(A propos de F1, le 01/02/2020)
Le Betbeder, "Jusqu'à l'os", une interview qui tourne à des déambulations improbables et puis, il faut toujours défendre les œuvres qui dénigrent Macron. C'est important.

(A propos de L1, le 03/02/2020)
"Tomorrow I will be dirt" : un vrai cauchemar visqueux, répugnant, mais aussi doté d'humour.

(A propos de I1, le 02/02/2020)
Girl in the Hallway

(A propos de AGR2, le 01/02/2020)
"L'homme qui plantait des arbres" pour son message porté sur la sagesse et l'espoir.

(A propos de F6, le 02/02/2020)
"Une fille moderne", savoureuse comédie dramatique, parfaitement écrite.

(A propos de F2, le 01/02/2020)
"Têtard" pour son style, sa cruauté juvénile et son glissement vers le fantastique.